Leadership : motiver et mobiliser ses collaborateurs

leadership-709665__180Globalement, nous pouvons définir le leadership comme un processus d’influence par lequel un individu amène un groupe à atteindre des objectifs. Cette définition générale a été caractérisée pour définir différents styles de leadership.

Les premiers styles de leadership sont évoqués par Lewin, Lipitt et White (1939) en lien avec leur impact en termes de performance et de satisfaction au travail. Les auteurs définiront alors trois styles (dont les noms parlent d’eux-mêmes) : démocratique, autocratique et laisser-faire.

Nous verrons ici les styles de leadership vus par Bass (1985) qui s’appuie sur le mode de relation entre les employés et le manager. Il met en avant deux types de relations : la transaction et la transformation. Pour Bass, c’est la complémentarité des deux styles et leur utilisation commune qui caractérisent le meilleur leadership.

Leadership transactionnel

Le leader transactionnel motive ses collaborateurs en intervenant sur leurs intérêts personnels, il communique ses demandes, ses exigences et donne un feed back.

Le style se base alors sur un système de transaction où les objectifs transmis aux collaborateurs sont clairement définis et exprimés. Il est caractérisé par deux dimensions :

  • les feed-back positifs (reconnaissance contingente) lorsque les objectifs sont atteints, il y a alors reconnaissance de la réussite ;
  • les feed-back négatifs (management par exception) relatif aux sanctions des erreurs. Attention ! si les retours négatifs dominent, les collaborateurs sont rapidement démotivés.

Ce type de leader favorise la motivation des individus et les performances liées au poste de travail du collaborateur.

Leadership transformationnel

 Le leadership transformationnel peut se définir par la volonté de développer le potentiel de ses collaborateurs pour les amener à dépasser leur intérêt propre pour le bien de l’organisation.

Il est caractérisé par quatre dimensions.

  • La motivation inspirante : le leader motive en partageant ses objectifs et sa vision. Il donne du sens au travail.
  • L’influence idéalisé (ou influence charismatique) : le leader est un exemple, il met ainsi en avant l’intérêt de l’organisation plutôt que ses intérêt personnels.
  • La considération individuelle : le leader favorise un climat d’ouverture et de collaboration dans son équipe. Il se soucie individuellement de ses collaborateurs.
  • La stimulation intellectuelle : le leader encourage l’innovation et la créativité. Il remet en question les façons de faire et voit les problèmes sous un angle nouveau.

Ce style de leadership est qualifié de mobilisateur c’est-à-dire développant une mobilisation collective, de l’engagement et des comportements allant au delà des missions figurant dans la fiche de poste des collaborateurs.

Leadership transactionnel et transformationnel

 En résumé, voici les principaux éléments liés au leadership transactionnel et transformationnel.

 

Leader transactionnelMotivateur Leader transformationnelMobilisateur
Relations avec ses collaborateurs
  • Contractuelles
  • Fondées sur un système de récompenses lié à la performance
  • Sociales
  • Fondées sur la confiance, le soutien et le respect
Objectifs
  • Détermine et clarifie les attentes
  • Performance à court terme
  • Fournit des objectifs rassembleurs
  • Vision à long terme
Reconnaissance
  • Reconnaissance de la performance
  • Principalement financière
  • Reconnaissance sociale, de la personne
  • Principalement non-financière
Développement des collaborateurs
  • Exploite efficacement les capacités actuelles des collaborateurs
  • Cherche à développer le plein potentiel des collaborateurs
Effort du manager
  • Satisfait les besoins et les intérêts des individus
  • Amène les collaborateurs à dépasser leurs intérêts propres pour ceux du groupe

 Ce tableau a été réalisé à partir de l’article : Tremblay, M., Chênevert, D., Simard, G., Lapalme, M.-E., & Doucet, O. (2005). Agir sur les leviers organisationnels pour mobiliser le personnel : le rôle de la vision, du leadership, des pratiques de GRH et de l’organisation du travail. Gestion, 30(2).

Le meilleur style de Leadership ?

 Il n’y a pas de style de leadership parfait. Le “bon” leadership va dépendre du contexte, des collaborateurs, de la taille de l’équipe, du fonctionnement de l’entreprise … Ainsi, il va également varier dans le temps. Un leader pour être efficace va pouvoir utiliser différentes techniques et différentes sortes de leadership.

Il peut toutefois être noter que le leadership transactionnel augmente la motivation individuelle mais pas la mobilisation collective. A terme, cela peut conduire à accroître le stress ou la fatigue des collaborateurs. Le leadership transformationnel, quant à lui, augmente la mobilisation et facilite la coopération ce qui conduit à un accroissement du bien-être au travail.

Pour conclure, nous nous sommes centrées ici sur la théorie de Bass, qui existe au milieu de dizaines d’autres, pour plusieurs raisons. Pour nous, la vision complémentaire du leadership transactionnel et transformationnel apporte une bonne image de la complémentarité nécessaire au management.

En effet, manager est une activité qui comprend plusieurs facettes. Il s’agit de motiver des individus, de reconnaître leur performance et de les récompenser. Le leadership est alors souvent vu comme “l’étape suivante” qui permet, au manager devenu leader, de donner du sens, d’impulser l’innovation et la créativité …

Ces deux aspects se retrouvent dans les définitions des leaderships transactionnel et transformationnel. Mais l’intérêt ici est qu’ils ne s’opposent pas, ils se complètent et surtout ils peuvent co-exister. Pour nous, c’est bien cette co-existence qui va permettre la satisfaction et le bien-être autant que la performance et l’efficacité.

Un avis ? Une info ? Partageons !